Nouvelles autour de la lutte entre femmes.

9

Bonjour,

J’ai écrit et fait publié des nouvelles autour de la lutte entre femmes.
Je souhaite une bonne lecture à celles et ceux qui les liront.

wanna go

A bientôt pour d’autres nouvelles !

Le lien ePub :
Support independent publishing: Buy this e-book on Lulu.

Le lien version Papier :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

N’hésitez pas à laisser des commentaires !🙂

wrestly

Rolling Fight (1ère partie)

30

Merci Franky

Aujourd’hui un thème fascinant, qui m’a parfois hanté, et qui aujourd’hui consommé, m’inspire toujours autant d’émotions. Emotions mieux maitrisées, qui me permettent aujourd’hui de mieux l’apprécier l’appréhender, le vivre… Et le partager : j’ai nommé le rolling fight.

204 - copie

Deux femmes qui roulent enlacées sur le sol, dans une lutte féroce, lascive… Ou peu importe! Pourvu qu’elles y mettent du coeur, tous leurs sens et leurs corps, arrêtent littéralement le temps, et tout ce qu’il y a autour, pour qui y est sensible. Pour ma part, c’est un acte qui lorsqu’il est pratiqué, est mon préféré, il faut bien le dire. Elles acquièrent en ces moments, toute mon admiration et mon être tout entier.

7

Le corps à corps, aussi acharné soit il, se transforme en duel dont la terre est témoin, autant que les coeurs aux rythmes essoufflés, qui ont la chance d’assister à ce spectacle d’une rare intensité. Toutes en souplesse et en rondeur, ce type d’affrontement est comme dédié aux femmes. Plus approprié que la violence gratuite, le rolling fight n’en est pas moins physique, mais autrement plus noble à mes yeux. Et justement, Il n’est pas interdit de se reposer un peu.

245_317

Avant de repartir au combat.

245_367245_373245_351

Bien sur le plus souvent ces femmes qui roulent sur le sol sont face à face (On ne leur en voudra pas), mais parfois, du fait de leur souplesse plus naturelle, il est possible d’admirer d’autres figures de style, très intéressantes à contempler afin d’en connaitre le dénouement.

384

Il n’est par ailleurs, nul besoin de beaucoup d’espaces pour rouler l’une contre l’autre, et tenter de dominer son adversaire.

a14

Thecatzman

 

Il n’est pas non plus interdit de s’arrêter, d’immobiliser comme on peut sa rivale afin de la provoquer ou lui expliquer qu’on est la plus forte.

417

Elle peut ne pas être d’accord, et renverser à son tour la prétentieuse.

1508630_1420702358176331_336749592_n

Une particularité des combats féminins au sol rend alors cet exercice typiquement féminin. Dans un combat où règne une grande rivalité, elles se mettent souvent en boule pour agripper l’adversaire. Histoire qu’elle ne s’échappe pas avant d’avoir été vaincue. Il peut naitre de ces affrontements ultimes, des actions aussi inattendues qu’imprévisibles, et qui n’appartiennent qu’aux femmes.

26

Lorsqu’elles luttent au sol, collées, comme greffées l’une à l’autre, jusqu’à ce que l’une des deux femmes l’emporte (Les fans eux espèrent qu’elles iront jusqu’à l’épuisement), elles sont liées dans un duel dominé par leurs atouts. Comme nous en avions parlé auparavant, dans un précédent article, les adducteurs, les jambes, sont puissants chez les femmes, et lorsqu’elles s’enlacent, l’étau est difficile à desserrer. Fort de ce constat, elles n’ont aucun intérêt à se battre comme des hommes, dans une boxe désordonnée et destructrice, pour celles qui ne pratiquent aucun sport de combat ou art martial. Le rolling fight, se forge dans la construction, l’intelligence au combat, dans le respect du genre féminin, et des lutteuses.

029_04111410 - copie

Pour conclure ce premier article sur ce sujet, qui en comportera certainement d’autres… Quand on aime on ne compte pas, je voudrais, tout d’abord, glisser deux médias crées par de grands artistes en matière de combats féminins.

10

Raz et son intensité dans le dessin

8

Thecatzman qui réalise des oeuvres de plus en plus abouties.

Bravo pour ce talent mis au service d’une passion partagée.

n_a12

Et puis dire que j’ai mis l’accent dans ce premier jet sur le sujet, sur ce que je considère comme étant la base d’un rolling fight. Se retrouver au sol dans une lutte endiablée bien qu’angélique. Parce qu’un combat, mais qui oppose deux femmes en les liant. Terriblement enivrante pour le public tout acquis, qui a la chance de connaitre la tension d’un combat lié à deux beaux corps féminins, à deux belles femmes qui se livrent sans compter, et laissent voir l’improvisation de la lutte sublimer leur atours mis ainsi en valeurs, sans fards, ni pose. Tout est dans l’instant, la réaction, l’art. Ici, pas de violence exacerbée, ni destruction de l’adversaire, si ce n’est l’égo de la vaincue… Et si tant est que vous n’y soyez contraintes, oui, lutter de cette façon, vous rends encore plus belles très chères et adorées lutteuses. C’est pour cela que je ne manquerai pas de revenir disserter sur vos roulades, tout en sachant que d’autres fans partagent ma passion, et que j’aime aussi savoir ce qu’ils en pensent.

 

A bientôt pour de nouveaux articles !

Wrestly.

Ecrits autour de la lutte entre femmes, j’ai pris beaucoup de plaisir à les écrire :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/ebook/product-21858476.html

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

Ou

http://www.thebookedition.com/femmes-dans-la-tourmente-claude-dom-p-117653.html

 

 

 

 

 

Réflexions

14

J’estime qu’il est important également de détailler un peu ce qui amène à se donner en public en créant un blog🙂 Plutôt que de proposer uniquement quelques phrases et images sur des articles. De temps à autre, un petit billet d’humeur. J’ai bien conscience que beaucoup de personnes sur le net, sensibles à ce sujet, viennent consommer vite, assumer une pulsion, et cliquer sur le bouton fermer, une fois celle ci assouvie. Je respecte ceux la aussi, et d’ailleurs ils se reconnaîtront vite (Ou pas), en allant pas au bout du billet, ou en ne le lisant même pas. Je veux donc m’adresser également, et plus particulièrement aux passionné(e)s, auprès desquels je veux me ranger. Ceux qui peuvent rester devant un combat féminin, des prémices jusqu’à la dernière goutte de sueur, qui y perçoivent autre chose qu’un exutoire sexuel. Bien sur tout cela est excitant, met en émoi, fait frémir, bouleverse les sens, fait rythmer le coeur au tempo de l’expansion de l’univers.

b24

J’ai d’ailleurs écris des nouvelles sur ce sujet (Première étape je l’espère) au fil du temps. Parce que je veux, avec les moyens dont je dispose ni plus ni moins bien évidemment, donner à la lutte entre femmes la dimension artistique qu’elle mérite, ma pierre, sin petite soit elle à l’édifice. Sans dénier l’immense sensualité parfois dégagée (Presque malgré elles) lors d’un beau combat. Et même sexuelle oui, n’ayons tout de même pas peur des mots, que cela peut engendrer. Bien souvent j’ai lu des histoires, ou la finalité (arrivant souvent très vite dans le texte), est la satisfaction de l’heureux mâle dominant qui était la au bon moment, au bon endroit, ou l’auto satisfaction des combattantes lancées dans une relation sexuelle torride. Entre adultes consentants, tout est permis, et grand bien leur fasse bien entendu, je n’ai rien à critiquer ni à dire la dessus. Mais je pense que cette vision, très masculine du combat féminin, n’est pas la mienne tout d’abord, et pas forcément celle de ceux qui aiment les lutteuses et leurs luttes, au sens large du terme, et des lutteuses elles mêmes.

1

 

Celles et ceux qui regarde un combat féminin, comme on regarde un film, avec ses scènes attendues, dont on sait qu’elles vont arriver et qu’on ne veut pas rater, dont on sait que l’émotion qu’elles suscitent puisque coincées dans le ventre, vont réveiller des émotions vivantes, libérées comme de belles furies, telles des comètes dans l’espace. Mais aussi ces moments improvisés, inattendus, improbables, et si féminin. .. Une lutte de femmes comme une symphonie, avec ces codes et ses transgressions dans les règles de l’art, toutes celles et tous ceux qui voient, entendent, ressentent… Les combats entre femmes comme ça, comprennent ce que je veux dire.

Raz

Raz

Malheureusement, malgré l’universalité du fantasme, très peu au final, sont de vrais passionné(e)s, et même de vrais amoureux des combats entre femmes.
Pour ma part, je déteste la violence exacerbée, gratuite, et la violence tout court, chez moi ça provoque l’effet inverse. Ca me révulse, je ne laisse pas faire. Ma préférence va aux combats acharnés au corps à corps, qui va si bien à la condition féminine. Le tirage des cheveux modéré, les gifles sur le corps, peuvent être dans le combat, si elles le souhaitent. Ce sont des femmes, et l’aspect féminin dans le combat ne doit pas être effacé, pour moi. Pourquoi pas une lutte intégrale boxe pieds poings réglementée, si c’est leur choix. Mais surtout pas de violence physique haineuse en ce qui me concerne. Il est possible de voir une forme de violence lors d’un combat engagé, y constaté le côté acharné, nerveux, sauvage. IL s’agit la d’une formé d’engagement davantage que de violence. L’idée n’est pas de détruire, mais de vaincre, de construire sa victoire. Tout cela avec des règles, qu’elles qu’elles fussent. Parce que ne rêvons pas, le type de lutte dont je parle dans ce blog est forcément codifiée. Pratiquement aucune chance de voir cela lors d’un combat réel. Bien déçus seraient ceux qui y chercheraient la, matière à leurs fantasmes (Si bien sur le fantasme n’est pas lui même la violence de la rue…). que dire de plus pour l’instant, sinon qu’un combat féminin est vraiment particulier, il a cette dimension presque inexplicable qui ne peut coller qu’aux femmes…

4
Je souhaite aussi que ces belles gladiatrices ait un quelconque intérêt pour le sujet. Je n’ai jamais vécu avec une lutteuse. Certaines souhaitaient essayer pour me faire plaisir, peine perdue. Mieux vaut attendre que de faire subir. J’ai vu des combats dans l’intimité, mais elles n’étaient pas si motivées que cela. On était dans la séduction. Pourquoi pas, mais pas que, c’est mon futur souhaité ça, pourquoi pas mais pas que🙂 Et pourquoi pas une amitié, et pourquoi pas, tant de choses… Petite précision : il est toujours possible, pour ceux qui le souhaitent, de payer pour voir deux femmes se battre comme selon leurs envies. Souvent, comme beaucoup, l’argent délie beaucoup de choses (Ce n’est pas péjoratif). ne nous voilons pas la face. Il y a aussi d’excellents tournois etc… Je ne l’ai jamais fait moi même (Si ça arrive, je partagerai mon ressenti ici, journaliste spécialisé en combat féminin, super truc ça!), mais si tout cela est dans le total respect de toutes et tous, encore une fois pourquoi pas. De plus ça nourrit les lutteuses et satisfait les clients!🙂

27

Merci Franky

Les femmes qui luttent dans l’idée de ce que j’écris, montre, dans les articles, sont très souvent à moitié nues, ou même nues, collées serrées. Elles ne sont pas pour autant forcément lesbiennes, ou bi-sexuelles, mais au moins n’ont elles pas peur du corps de l’autre. Ce corps adverse ne les dérangent pas. Au contraire, elles peuvent l’affronter, voire prendre du plaisir à s’y opposer, le sentir glisser, ferme, fort ou vaincu, tout contre elles. Et pour cela, il faut qu’elles l’accepte. Par exemple, beaucoup d’hommes s’imaginent que les femmes portent des dessous pour eux… Erreur, elles le font pour se sentir belles, pour être à l’aise aussi par moments. Bien sur le mâle en profite pleinement. Ca doit être la même chose pour le lutte entre femmes. Les lutteuses ou proto-lutteuses, se doivent, à mes yeux, d’avoir au minium un petit truc qui les titillent… Rien n’empêche après de les guider, de participer, mais à la base il faut cela. Ca peut venir en cours de route parfois aussi… Mais dans tout les cas forcer est une hérésie.

143_05ecc072_08

Alors pour finir ce texte, ces femmes, ces lutteuses, qui sont l’objet même de nos rêves sont à connaitre dans l’échange. Pas comme deux masses de chairs à plaisirs, qui n’auront comme d’autre grâce qu’un clic sur fermer la fenêtre, une fois que pour le moment, elles ne servent plus à rien, puisque la pulsion est passée. Le combat féminin dans les règles de l’art mérite qu’on s’y attarde, et les lutteuses tout autant. C’était le sens de ce premier billet d’humeur.

A bientôt🙂

wrestly.

Ecrits autour de la lutte entre femmes, j’ai pris beaucoup de plaisir à les écrire :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/ebook/product-21858476.html

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

Ou

http://www.thebookedition.com/femmes-dans-la-tourmente-claude-dom-p-117653.html

 

Bearhugs ou ceintures

16

Poursuivons notre quête des différents aspects d’une lutte entre femmes, par un élément qui étreint l’être spectateur aussi fermement que les lutteuses étreignent leurs chairs. Plus tard, si les muses m’en prête courage, je détaillerai tous ses aspects évoqués dans les différents articles (Combats au sol, bearhugs etc…). Mais pour l’instant, revenons à nos ceintures et autres bearhugs (Selon qu’on s’exprime dans la langue de Molière ou celle de Shakespeare) , instants d’un combat qui ne manque pas de rendre grâce à celles qui le pratique, et à émouvoir ceux qui les admirent.

Le bearhug est une épreuve du force, comme ces deux femmes musclées sur la photo du haut et qui illustrent bien la symbolique du bearhug. Les lutteuses, ou l’une d’entre elles, comprime le corps de son adversaire contre le sien, et avec les bras enroulés autour de la taille (Ou autre) cherche à la dominer, l’étouffer, la faire plier etc… Comme on peut le voir sur cette image, celle qui est compressée devra être inventive pour s’en sortir. Nous avons vu dans un article précédent (Combat au sol 1ère partie), que l’essentiel de la force des femmes se situe dans les jambes. il va donc falloir que les lutteuses déploient beaucoup d’énergie dans cet exercice pour le mener à bien. Soit elles sont musclées et peuvent parfaitement l’assumer physiquement, soit elles vont devoir jouer sur d’autres facteurs de domination. Une autre utilité au bearhug, est de jauger les forces adverses, ou de monter les siennes.

Quelques exemples de lutteuses fortes, et qui parfois possèdent également une belle technique, qui se servent de leurs muscles et, ou, de leur apprentissage pour maitriser la rivale, ou tenter de briser l’assaut. Il est a noter que les lutteuses expérimentées, se retrouveront rarement totalement face à face lors de ceintures, mais qu’en réalité , l’assaillante lancera plutôt l’avant de l’épaule contre le torse adverse tout en l’enlaçant pour la renverser, la soulever ou la projeter. Le levier sera plus efficace, en utilisant moins de force. L’autre cherchera, pour contrer, à se remettre de face. Ce qui par conséquent, n’exclut pas que par moments, elles se lanceront parfaitement collées dans un corps à corps sauvage et nerveux, poitrine contre poitrine, merci à elles. J’apprécie beaucoup un beau combat féminin entre combattantes expérimentées (futur sujet d’article certainement), qui n’ont rien à envier aux hommes, tout en se servant de leurs qualités et particularités propres. mais je concède volontiers prendre un plaisir fou à admirer des lutteuses moins entrainées, voire débutantes, qui vont développer un sens de l’improvisation plus empirique, tenter l’improbable, être des femmes dans le combat (Ce qui ne sous entends pas que les combattantes expérimentées ne le sont pas), parce que dans l’inconnu, ou presque. Toutes ces conditions rendent ces combats, moins techniques, plus typiquement féminin.

k-pil-06bf11

a24601

D’autres à ce stade, moins puissantes ou moins techniques, vont user d’autres armes. La douleur provoquée par un tel corps à corps, dans l’étreinte ou plus certainement encore dans la poitrine adverse, peut s’avérer intense, et cela peut se lire sur le visage des lutteuses. A partir de ce constat, elles vont chercher à faire craquer l’adversaire par la souffrance, puisqu’elles n’ont pas l’opportunité, ni la puissance pour la maitriser par la force. Souffrance contrôlée qui n’est pas brutale, comparable par exemple (Dans l’idée), à une clef de bras ou de jambe lors d’un combat de lutte olympique. Cependant, de part la qualité et le fondement même du mouvement, certaines sont amenées aux portes du plaisir, d’autres cherchent à dépasser la souffrance. C’est une forme de duel enivrant et indécis. La plus déterminée l’emportera et marquera un avantage certain dans le combat.

210bear0008nvp94i

Il n’est pas nécessaire d’être debout pour se battre en utilisant le bearhug, certaines s’en servent très bien à genoux.

5ze12bf17A

Debout ou à genoux, le bearhug est une terrible épreuve pour les seins. Ici nous sommes réellement à la frontière de l’excitation et, ou, de la douleur, selon les tempéraments. C’est en tout cas, il faut bien le dire, un plaisir sans limite pour celui qui y assiste. Parce qu’on ne peut que deviner cette souffrance qu’elles s’infligent, parce qu’on ne pourra jamais le faire, parce que c’est indéfinissable…

4bear0119

ze14

Sortir du bearhug est une phase importante (Qui nécessitera un article à part entière très certainement), que se soit par dessus, sur le coté, en attrapant les cheveux de l’autre femme pour la renverser ou comme souvent lors d’un passage au sol, celle qui maitrise l’art des ceintures, se retrouve généralement en position dominante.

_DSC016053615

Les tentatives peuvent être nombreuses et variées. si les lutteuses sont de force égale, le temps peut sembler long pour les combattantes, mais jamais pour les spectateurs.

hug5 hug7_DSC0263

L’exercice mobilise tout le corps, et laisse des images indélébiles chez les admirateurs. Le moment on l’on comprend qu’elles vont s’étreindre dans la lutte. L’indéfinissable instant, juste avant le début de l’extase où de magnifiques chairs féminines ,vont s’exprimer dans un corps à corps aussi sulfureux qu’engagé, et dans lequel elle vont forcer le respect et l’admiration des spectateurs. Oui, aimer la lutte des femmes c’est aussi, dans mon cas, aimer la beauté des femmes. Non pas pour les posséder, comme on peut le souhaiter dans l’acte sexuel ou autre, mais pour les voir en mouvement, dans l’improvisation. Pourquoi? Je ne sais pas… C’est juste comme ça.

097_05

Bien entendu, de talentueux artistes se sont emparés de ce mouvement qui va si bien aux femmes, aux lutteuses. Mouvement qui n’est pas si naturel pour elles, ce qui le rend encore plus audacieux pour les sens, les leurs peut être, les nôtres à coup sur, passionnés transits…

Stanton et sa démesure

Stanton et sa démesure

220

Raz

17

Thecatzman

zzzzza5a5a6a6a2b2

Thecatzman. Spécialement conçue pour le blog. Merci et Respect pour l’artiste !

 

Le bearhug est, comme nous l’avons vu, une épreuve de force qui mobilise beaucoup d’énergie et en coute beaucoup au public. Cela permet aussi de jauger l’adversaire ou de lui montrer sa puissance. Lorsqu’elles osent s’étreindrent de cette manière, elles font de leurs corps tout entier une sublime arme de défi, face à l’adversaire, à la société qui condamne à tort souvent le combat féminin, d’autant plus fantasmé. Rêve plus répandu qu’il n’y parait, mais pourtant vu à tort comme une déviation (Même si certains dévient bien sur, comme partout malheureusement ; violence gratuite et exacerbée, prétexte à du sexe hard avant tout etc…  La nature humaine quoi, en précisant que chacun fait ce qu’il veut entre adultes consentants, et s’il n’empiète pas sur la liberté d’autrui). Bien souvent j’ai déjà précisé mon amour des combats féminins au corps à corps, fussent ils jusqu’à épuisement, et mon désamour de la violence brutale. Le bearhug est un effort violent, mais n’est pas un acte de barbarie, ou une agression perturbatrice, pour les femmes qui y consentent, et seulement celles la. Toutes les femmes qui sont représentées ici sont rarement en col roulé, oui, j’aime le corps des femmes en mouvement, et je ne vois rien de plus beau qu’une lutte entre deux femmes. Le bearhug est une expression de tellement de choses  qu’il faudra surement y revenir… C’est très excitant en tout cas chères muses ! Si vous lisez ceci, vous avez toute mon admiration comme vous l’aurez compris… Excitant et indécis. A l’échelle des muses sans aucun doute😉

10

A bientôt pour d’autres articles, si les déesses de la lutte m’en donne l’envie et le courage🙂

wrestly

Ecrits autour de la lutte entre femmes, j’ai pris beaucoup de plaisir à les écrire :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/ebook/product-21858476.html

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

Ou

http://www.thebookedition.com/femmes-dans-la-tourmente-claude-dom-p-117653.html

 

 

Combats au sol (1ère partie)

3

Voici un sujet qui ne manque pas de matière, à l’intérieur du sujet lui même. Mon favori, ou parmi ceux la ! Abordé en plusieurs parties, en voici la première. Comme ces deux femmes sur la photo du haut, le combat au sol est très souvent une partie essentielle et souvent finale du domaine de la lutte. Les combattantes sont fatiguées, galvanisées, les muscles endoloris, le coeur battant, elles se livrent bataille pour conclure, dominer, gagner. Soumettre l’adversaire avec leur propre corps, et la puissance de leur mental ou esprit. Les femmes possède l’essentiel de leur force dans les jambes. Puissance des cuisses, ischios jambiers (Arrière des cuisses), mollets…. Le bas du corps. Très souvent lorsqu’elles se battent, elles resserrent les adducteurs pour emprisonner la lutteuse adverse. C’est donc tout naturellement qu’elles vont tenter de maitriser la rivale par ce moyen. Que ce soit en ciseaux ou en coinçant les jambes de la concurrente avec les siennes pour celle qui domine, ou d’immobilier les membres adverses pour celle qui est momentanément dominée.  Les jambes des femmes, armes de séduction massive, deviennent des armes de combat redoutables tant en défense qu’en attaque, tout en ne perdant rien de leur potentiel de séduction pour tout ce qui est autour, et est amoureux de l’expression de la lutte. Celui qui est happé par un combat au sol entre deux femmes, devient la proie d’un bel oiseau de plaisir. Tenace, obsédant, et enchanté. Un conte de fée en mouvement perpétuel, dans l’univers du combat féminin.

2154 lf912

13lf1621

La force des cuisses activée, le reste du corps est mis à l’ouvrage. Les bras s’emparent alors des poignets adverses, les doigts s’entrelacent pour soumettre et plaquer au sol dans un cas de figure fréquent en combat au sol. Tout cela peut être simultané, réalisé dans l’action.

ww15-1pp1431MELBLO1

D’autres tentatives peuvent être entreprises avec les bras, le haut du corps

. knots01_images_content_LL_91_jpegs_large_LL_91_106

Lorsque les corps sont fatigués, et que la lutte touche à sa fin (Même si cela peut durer un long et espéré moment), le poids du corps (Fut il svelte et musclé) est un élément important, et permet de bloquer l’adversaire au sol.

5678_biglf230 lf23133837_1389276042 newpag25nudes2a

Une variante, à califourchon.

SG36058

La même chose un peu plus technique, dans le style grappling.

war-2

Le combat au sol (Le rolling fight est une forme d’extase pour celle ou celui qui y est sensible), comme je l’écrivais au début de l’article, suscite mon adoration. C’est quelque chose de beau dans le mouvement, le sens de l’improvisation, les échanges au corps à corps, fait de souplesse et de force, les muscles poussés jusqu’au bout de la résistance. les cris d’efforts qui s’entrelacent et se mêlent à l’instar des chairs. L’expression artistique développée par les lutteuses, qui combattent de manière acharnée mais sans violences, lorsqu’elles sont au sol est bouleversant pour les sens. Admiratifs, intéressés, enivrés… sont les heureux spectateurs-trices. Tout cela allié à la beauté des corps, et à l’engagement propre aux femmes, et nous touchons aux étoiles…

16art knots09nudes1a9

D’autres articles sur ce thème, si cher à mon coeur et à tout le reste !🙂 Seront développés. Merci à toutes ces lutteuses d’être ce qu’elles sont, et à bientôt pour de nouveaux articles !

Wrestly.

Ecrits autour de la lutte entre femmes, j’ai pris beaucoup de plaisir à les écrire  :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/ebook/product-21858476.html

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

Ou

http://www.thebookedition.com/femmes-dans-la-tourmente-claude-dom-p-117653.html

Nouvelles autour de la lutte entre femmes

9

Bonjour,

J’ai décidé d’écrire et de publier des nouvelles autour de la lutte entre femmes.
Bonne lecture pour celles et ceux que ça intéresse,

A bientôt pour d’autres nouvelles si le besoin s’en fait sentir….🙂

Le lien ePub :
Support independent publishing: Buy this e-book on Lulu.

Le lien version Papier :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

ou avec une autre présentation :

http://www.thebookedition.com/femmes-dans-la-tourmente-claude-dom-p-117653.html

N’hésitez pas à laisser des commentaires !🙂

wrestly

Au commencement

Image

Ces instants où tout va commencer.  Pour qui est fasciné, monter cet escalier qui mène au paradis. Se représenter l’étape ultime qui mène celui qui ignore à celui qui sait. Les femmes qui se sont font face, prêtes à s’engager dans une lutte physique, avant d’aller au combat jaugent l’adversaire, la mesure, tentent l’intimidation… que se soit une lutte sportive ou amicale ou que se soit deux rivales prêtent à en découdre, il y a très souvent  une parade plus ou moins longue d’avant combat, qui déclenche chez les lutteuses, et chez les spectateurs une tension et une excitation facilement perceptibles. Bien sur, selon qu’elles se battent ou qu’ils ou elles assistent au combat, les sentiments toujours intenses, demeurent bien différents (Quelques billets d’humeurs, que j’espère collaboratifs, viendront agrémenter cette dernière phrase).

9

Merci à Franky

Merci Franky

Le regard est le premier défi que s’impose les femmes prêtent à lutter.  Chacune cherche dans le regard de l’autre quelque faiblesse qui pourrait apparaître, quelle envie s’y trouve vraiment. Les lutteuses cherchent à exprimer tout ce qui attends l’adversaire si la malheureuse maintient son envie de combattre. Le corps et l’esprit se mettent au service du combat naissant, et tout cela commence souvent par les yeux. L’espoir de voir dans les regards, le comportement des combattantes, une forme de plaisir fut il fugace, est très recherché au sein des sens de celui qui aime…

scrap6shoulder bump

wanna go1

Puis vient la phase d’approche physique. Par leurs atouts les femmes se jaugent, estiment les forces en présences,  se provoquent. A ce stade l’affrontement est décidé. La poitrine, les seins, sont dans la plupart des cas, le dernier rempart avant la lutte.

 

enfin-seules-0400-2ccde59sim-v-emma5a

Parfois, c’est tout le corps qui s’y colle. Magnifiques postures qui font se dresser les poils à fleur de peau…  D’une émotion palpable.

oh yeah cunt~7 2

L’affrontement décidé, il est plusieurs manières de l’aborder et de se mettre en position d’avant combat par exemple dos à dos, comme un duel aux règles définies

2

Ou en s’imprégnant de la nature, du plaisir de la lutte à venir… Avant de s’engager dans un combat très physique.

Merci Karine :)

Merci Karine

 

D’autres sont très énervées et se défient en tournant comme dans un cercle, tout en s’invectivant et se provoquant.

emma v simone 2b

 

Les femmes peuvent décider de s’affronter également dans le calme (Hormis l’excitation qu’elles peuvent ressentir, et le bouillonnement qui gère alors tous les sens de l’heureux public), de manière très conviviale et amicale.

457

D’autres encore, s’agripperont par les cheveux avant d’attendre que l’une d’elle déclenche le combat.

3

Dans tous les cas, l’émotion suscitée par ces femmes qui vont s’affronter est immense et unique. Assister à une telle débauche de beauté en mouvement, exécuté justement par de furieuses beautés, déterminées et  inventives dans le combat, est vraiment le privilège des dieux…

2 2Domino vs. Juliana1

Je n’encourage pas à la violence, mais à des combats réguliers, entre femmes prêtes à aller jusqu’à l”épuisement. Je les souhaite nobles et belles guerrières, aussi respectueuses de l’adversaire que désireuses de victoire.

502212femalefighting222

 

A bientôt pour de nouveaux articles🙂

Wrestly

Ecrits autour de la lutte entre femmes, j’ai pris beaucoup de plaisir à les écrire :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/ebook/product-21858476.html

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

Ou

http://www.thebookedition.com/femmes-dans-la-tourmente-claude-dom-p-117653.html

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.