Cherche Lutteuses pour projet

Pour un projet de vidéos et médias divers, cherche JF ou Femmes dans tous les cas majeures, intéressées ou aptes à pratiquer le combat féminin dans le total respect des lutteuses.
Sportives ou non, l’expérience se fera en parfaite communication avec la production dans le cadre d’une charte. Tout sera fait dans le cadre légal, la rémunération intégrera des conditions motivantes.
Il ne vous sera demandé aucun document, photo, information que vous ne souhaiteriez pas communiquer avant une éventuelle session de recrutement.

Si vous êtes intéressées envoyez un mail pour plus de précisions : contact

Advertisements

Création d’un nouveau forum

Salut à toutes et à tous,

J’ai créé un nouveau forum : http://duelles.forumactif.com/

Vous me direz ce que vous en pensez !! C’est tout neuf, je dois l’améliorer et vos remarques sont bienvenues !!

Si certains sont tentés par la modération… N’hésitez pas !

Hairpulling (1ère partie)

n_ajVoici un sujet qui évoque inévitablement le combat féminin, qui en est le symbole même! J’ai nommé le hairpulling comme l’appelle les Anglo-saxons et que connaissent bien les amateurs de catfight et annexes. En Français, se crêper le chignon est directement inspiré d’une altercation physique entre deux femmes, et même si ce terme est aujourd’hui usité pour pleins d’autres cas de conflit, à l’origine il est bien directement lié à un affrontement physique entre filles.

279pho001279pho016lf6004

Lorsque deux femmes s’engagent dans un combat, très souvent elles vont s’attraper par les cheveux. Ceux qui me lisent savent que je n’aime pas la violence gratuite, et que je n’encourage ni ne cautionne deux adversaires qui s’arracheraient mutuellement la tête. Le hairpulling peut aider à renverser la rivale, la faire plier, lacher prise, ou est souvent utilisé dans la phase de défi juste avant que le déclenchement du combat pour jauger celle qui est en face, tester sa determination. C’est une action douloureuse, et qui peut être destructrice, c’est pour cela qu’il faut l’employer avec parcimonie et mesure. Efficace pour celle qui maitrise, l’art de l’employer et de s’en dégager. Et bien sur, il est difficile de nier l’aspect érotique que peut engendrer cette pratique pour qui affectionne les luttes féminines en tout genre. A l’instant précis où les mains rivales se saisissent par la chevelure, et que le combat devient inévitable, l’émotion n’est pas uniquement chez celles qui s’engagent dans ce défi si particulier.

24

 

Je tiens à signaler que de plus en plus, les femmes se battent comme des hommes, avec des coups partant à tout va… Le hairpulling reste le bastion symbolique d’un combat entre deux femmes. Ce n’est pas mon exercice favori, surtout s’il est d’une violence extrême, mais il est difficile de le laisser sous silence lorsqu’on aborde le combat féminin ! Et puis bien dosé, il faut bien reconnaitre que c’est tout de même terriblement émoustillant. L’imprécision des gestes ou le geste mesuré, les corps qui balancent pour s’opposer à la pression, les têtes qui virevoltent, les jambes qui s’ancrent dans le sol, les cris d’efforts… Tout cela est typique des combats féminins.

1121catballhairpullvevesahrye_lg23

Le hairpulling, comme tout autre prise ou acte de combat, place les femmes dans des postures plus ou moins artistiques, improbables, d’autant que par les sensations désagréables qu’il peut provoquer, la réaction des corps est immédiate, spontanée et quasi convulsive dans certains cas. L’expérience en combat, ou le un feeling particulier peut aider celle qui le subit à s’en dégager afin de changer la donne et reprendre le dessus.

213vt205-29

catballvevebriella_lg6

 

Le hairpulling commence très souvent debout, particulièrement lorsque les deux femmes s’engagent dans la lutte, mais peut être utilisé à n’importe quel moment dans le combat, et peut même s’avérer conclusif.

lockerroom1c-teaser1cartoon1

Mais peut très bien être utilisé pour amener au sol

fom-338_00013

Et garder toute son efficacité au sol pour tenter de retourner son adversaire ou la maitriser savamment en dosant la force qu’on y met pour contraindre sans blesser.

cfdal4lf245

lf2164

Et même les super héroïnes s’y mettent !!

123

Nous reviendrons plus tard sur l’application du hairpulling lié à d’autres techniques de combat, qui rendent un combat féminin plus attrayant encore, en rappelant que cette technique du hairpulling reste un symbole, sinon le symbole d’une lutte entre deux femmes. Le but ici n’est pas d’encourager à la violence, mais de spécifier la lutte des femmes comme quelque chose de beau et d’expressif, s’il est correctement maitrisé tout en gardant sa fougue, son engagement et ses courbures… Tant dans le combat que lui même que dans l’esprit et le corps des combattantes. Je reste persuadé que pour que le fantasme rejoigne le combat, quelques règles et dispositions s’imposent afin que toutes et tous les participants en jouissent de la meilleure manière.

Les fans aiment à penser que les femmes prennent du plaisir à le pratiquer ou que dans le pire des cas,  cela ne les gênent en rien. Je pense et je sais par des témoignages, que le hairpulling peut provoquer des sensations excitantes pour certaines femmes ou être détesté par d’autres. Il est possible que les sensations qu’elles ressentent lors d’un crêpage de chignons,  dépassent le cadre de la lutte, et incluent des tendances ou des gouts particuliers à chacune… Si des pratiquantes régulières ou des femmes qui ont vécu ces moments dont nous parlons passent pas la, qu’elles n’hésitent pas à nous faire part de leurs expériences ! 🙂

lf199

A bientôt 🙂

Wrestly.

Ecrits autour de la lutte entre femmes, j’ai pris beaucoup de plaisir à les écrire :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/ebook/product-21858476.html

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

 

 

Rolling Catfight Association

Voici un lien vers une vidéo qui explique les prémices de la création d’une nouvelle discipline qui devrait en intéresser beaucoup ici: Le rolling fight !

https://www.youtube.com/watch?v=7aSkld0oUb4

L’initiateur de ce projet est bien connu des passionnés de combats féminins, il a même créé spécialement des médias pour ce blog, il s’agit de thecatzman.

Le logo de cette nouvelle fédération :

932663logomini

Le lien vers le blog créé par thecatzman pour soutenir l’initiative  http://rollingcatfightassociation.blogspot.fr

Je soutiens cette initiative, qui je l’espère aboutira et sera l’occasion de pleins de bonnes choses pour les pratiquantes et leurs supportrices et supporters !!

Je suis d’ailleurs prêt à oeuvrer et à apporter ma contribution à ce projet 😉

Nouvelles autour de la lutte entre femmes.

9

Bonjour,

J’ai écrit et fait publier des nouvelles autour de la lutte entre femmes.
Je souhaite une bonne lecture à celles et ceux qui les liront.

wanna go

A bientôt pour d’autres nouvelles !

Le lien ePub :
Support independent publishing: Buy this e-book on Lulu.

Le lien version Papier :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

N’hésitez pas à laisser des commentaires ! 🙂

wrestly

Rolling Fight (1ère partie)

30

Merci Franky

Aujourd’hui un thème fascinant, qui m’a parfois hanté, et qui aujourd’hui consommé, m’inspire toujours autant d’émotions. Emotions mieux maitrisées, qui me permettent aujourd’hui de mieux l’apprécier l’appréhender, le vivre… Et le partager : j’ai nommé le rolling fight.

204 - copie

Deux femmes qui roulent enlacées sur le sol, dans une lutte féroce, lascive… Ou peu importe! Pourvu qu’elles y mettent du coeur, tous leurs sens et leurs corps, arrêtent littéralement le temps, et tout ce qu’il y a autour, pour qui y est sensible. Pour ma part, c’est un acte qui lorsqu’il est pratiqué, est mon préféré, il faut bien le dire. Elles acquièrent en ces moments, toute mon admiration et mon être tout entier.

7

Le corps à corps, aussi acharné soit il, se transforme en duel dont la terre est témoin, autant que les coeurs aux rythmes essoufflés, qui ont la chance d’assister à ce spectacle d’une rare intensité. Toutes en souplesse et en rondeur, ce type d’affrontement est comme dédié aux femmes. Plus approprié que la violence gratuite, le rolling fight n’en est pas moins physique, mais autrement plus noble à mes yeux. Et justement, Il n’est pas interdit de se reposer un peu.

245_317

Avant de repartir au combat.

245_367245_373245_351

Bien sur le plus souvent ces femmes qui roulent sur le sol sont face à face (On ne leur en voudra pas), mais parfois, du fait de leur souplesse plus naturelle, il est possible d’admirer d’autres figures de style, très intéressantes à contempler afin d’en connaitre le dénouement.

384

Il n’est par ailleurs, nul besoin de beaucoup d’espaces pour rouler l’une contre l’autre, et tenter de dominer son adversaire.

a14

Thecatzman

 

Il n’est pas non plus interdit de s’arrêter, d’immobiliser comme on peut sa rivale afin de la provoquer ou lui expliquer qu’on est la plus forte.

417

Elle peut ne pas être d’accord, et renverser à son tour la prétentieuse.

1508630_1420702358176331_336749592_n

Une particularité des combats féminins au sol rend alors cet exercice typiquement féminin. Dans un combat où règne une grande rivalité, elles se mettent souvent en boule pour agripper l’adversaire. Histoire qu’elle ne s’échappe pas avant d’avoir été vaincue. Il peut naitre de ces affrontements ultimes, des actions aussi inattendues qu’imprévisibles, et qui n’appartiennent qu’aux femmes.

26

Lorsqu’elles luttent au sol, collées, comme greffées l’une à l’autre, jusqu’à ce que l’une des deux femmes l’emporte (Les fans eux espèrent qu’elles iront jusqu’à l’épuisement), elles sont liées dans un duel dominé par leurs atouts. Comme nous en avions parlé auparavant, dans un précédent article, les adducteurs, les jambes, sont puissants chez les femmes, et lorsqu’elles s’enlacent, l’étau est difficile à desserrer. Fort de ce constat, elles n’ont aucun intérêt à se battre comme des hommes, dans une boxe désordonnée et destructrice, pour celles qui ne pratiquent aucun sport de combat ou art martial. Le rolling fight, se forge dans la construction, l’intelligence au combat, dans le respect du genre féminin, et des lutteuses.

029_04111410 - copie

Pour conclure ce premier article sur ce sujet, qui en comportera certainement d’autres… Quand on aime on ne compte pas, je voudrais, tout d’abord, glisser deux médias crées par de grands artistes en matière de combats féminins.

10

Raz et son intensité dans le dessin

8

Thecatzman qui réalise des oeuvres de plus en plus abouties.

Bravo pour ce talent mis au service d’une passion partagée.

n_a12

Et puis dire que j’ai mis l’accent dans ce premier jet sur le sujet, sur ce que je considère comme étant la base d’un rolling fight. Se retrouver au sol dans une lutte endiablée bien qu’angélique. Parce qu’un combat, mais qui oppose deux femmes en les liant. Terriblement enivrante pour le public tout acquis, qui a la chance de connaitre la tension d’un combat lié à deux beaux corps féminins, à deux belles femmes qui se livrent sans compter, et laissent voir l’improvisation de la lutte sublimer leur atours mis ainsi en valeurs, sans fards, ni pose. Tout est dans l’instant, la réaction, l’art. Ici, pas de violence exacerbée, ni destruction de l’adversaire, si ce n’est l’égo de la vaincue… Et si tant est que vous n’y soyez contraintes, oui, lutter de cette façon, vous rends encore plus belles très chères et adorées lutteuses. C’est pour cela que je ne manquerai pas de revenir disserter sur vos roulades, tout en sachant que d’autres fans partagent ma passion, et que j’aime aussi savoir ce qu’ils en pensent.

 

A bientôt pour de nouveaux articles !

Wrestly.

Ecrits autour de la lutte entre femmes, j’ai pris beaucoup de plaisir à les écrire :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/ebook/product-21858476.html

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

Ou

http://www.thebookedition.com/femmes-dans-la-tourmente-claude-dom-p-117653.html

 

 

 

 

 

Réflexions

14

J’estime qu’il est important également de détailler un peu ce qui amène à se donner en public en créant un blog 🙂 Plutôt que de proposer uniquement quelques phrases et images sur des articles. De temps à autre, un petit billet d’humeur. J’ai bien conscience que beaucoup de personnes sur le net, sensibles à ce sujet, viennent consommer vite, assumer une pulsion, et cliquer sur le bouton fermer, une fois celle ci assouvie. Je respecte ceux la aussi, et d’ailleurs ils se reconnaîtront vite (Ou pas), en allant pas au bout du billet, ou en ne le lisant même pas. Je veux donc m’adresser également, et plus particulièrement aux passionné(e)s, auprès desquels je veux me ranger. Ceux qui peuvent rester devant un combat féminin, des prémices jusqu’à la dernière goutte de sueur, qui y perçoivent autre chose qu’un exutoire sexuel. Bien sur tout cela est excitant, met en émoi, fait frémir, bouleverse les sens, fait rythmer le coeur au tempo de l’expansion de l’univers.

b24

J’ai d’ailleurs écris des nouvelles sur ce sujet (Première étape je l’espère) au fil du temps. Parce que je veux, avec les moyens dont je dispose ni plus ni moins bien évidemment, donner à la lutte entre femmes la dimension artistique qu’elle mérite, ma pierre, sin petite soit elle à l’édifice. Sans dénier l’immense sensualité parfois dégagée (Presque malgré elles) lors d’un beau combat. Et même sexuelle oui, n’ayons tout de même pas peur des mots, que cela peut engendrer. Bien souvent j’ai lu des histoires, ou la finalité (arrivant souvent très vite dans le texte), est la satisfaction de l’heureux mâle dominant qui était la au bon moment, au bon endroit, ou l’auto satisfaction des combattantes lancées dans une relation sexuelle torride. Entre adultes consentants, tout est permis, et grand bien leur fasse bien entendu, je n’ai rien à critiquer ni à dire la dessus. Mais je pense que cette vision, très masculine du combat féminin, n’est pas la mienne tout d’abord, et pas forcément celle de ceux qui aiment les lutteuses et leurs luttes, au sens large du terme, et des lutteuses elles mêmes.

1

 

Celles et ceux qui regarde un combat féminin, comme on regarde un film, avec ses scènes attendues, dont on sait qu’elles vont arriver et qu’on ne veut pas rater, dont on sait que l’émotion qu’elles suscitent puisque coincées dans le ventre, vont réveiller des émotions vivantes, libérées comme de belles furies, telles des comètes dans l’espace. Mais aussi ces moments improvisés, inattendus, improbables, et si féminin. .. Une lutte de femmes comme une symphonie, avec ces codes et ses transgressions dans les règles de l’art, toutes celles et tous ceux qui voient, entendent, ressentent… Les combats entre femmes comme ça, comprennent ce que je veux dire.

Raz

Raz

Malheureusement, malgré l’universalité du fantasme, très peu au final, sont de vrais passionné(e)s, et même de vrais amoureux des combats entre femmes.
Pour ma part, je déteste la violence exacerbée, gratuite, et la violence tout court, chez moi ça provoque l’effet inverse. Ca me révulse, je ne laisse pas faire. Ma préférence va aux combats acharnés au corps à corps, qui va si bien à la condition féminine. Le tirage des cheveux modéré, les gifles sur le corps, peuvent être dans le combat, si elles le souhaitent. Ce sont des femmes, et l’aspect féminin dans le combat ne doit pas être effacé, pour moi. Pourquoi pas une lutte intégrale boxe pieds poings réglementée, si c’est leur choix. Mais surtout pas de violence physique haineuse en ce qui me concerne. Il est possible de voir une forme de violence lors d’un combat engagé, y constaté le côté acharné, nerveux, sauvage. IL s’agit la d’une formé d’engagement davantage que de violence. L’idée n’est pas de détruire, mais de vaincre, de construire sa victoire. Tout cela avec des règles, qu’elles qu’elles fussent. Parce que ne rêvons pas, le type de lutte dont je parle dans ce blog est forcément codifiée. Pratiquement aucune chance de voir cela lors d’un combat réel. Bien déçus seraient ceux qui y chercheraient la, matière à leurs fantasmes (Si bien sur le fantasme n’est pas lui même la violence de la rue…). que dire de plus pour l’instant, sinon qu’un combat féminin est vraiment particulier, il a cette dimension presque inexplicable qui ne peut coller qu’aux femmes…

4
Je souhaite aussi que ces belles gladiatrices ait un quelconque intérêt pour le sujet. Je n’ai jamais vécu avec une lutteuse. Certaines souhaitaient essayer pour me faire plaisir, peine perdue. Mieux vaut attendre que de faire subir. J’ai vu des combats dans l’intimité, mais elles n’étaient pas si motivées que cela. On était dans la séduction. Pourquoi pas, mais pas que, c’est mon futur souhaité ça, pourquoi pas mais pas que 🙂 Et pourquoi pas une amitié, et pourquoi pas, tant de choses… Petite précision : il est toujours possible, pour ceux qui le souhaitent, de payer pour voir deux femmes se battre comme selon leurs envies. Souvent, comme beaucoup, l’argent délie beaucoup de choses (Ce n’est pas péjoratif). ne nous voilons pas la face. Il y a aussi d’excellents tournois etc… Je ne l’ai jamais fait moi même (Si ça arrive, je partagerai mon ressenti ici, journaliste spécialisé en combat féminin, super truc ça!), mais si tout cela est dans le total respect de toutes et tous, encore une fois pourquoi pas. De plus ça nourrit les lutteuses et satisfait les clients! 🙂

27

Merci Franky

Les femmes qui luttent dans l’idée de ce que j’écris, montre, dans les articles, sont très souvent à moitié nues, ou même nues, collées serrées. Elles ne sont pas pour autant forcément lesbiennes, ou bi-sexuelles, mais au moins n’ont elles pas peur du corps de l’autre. Ce corps adverse ne les dérangent pas. Au contraire, elles peuvent l’affronter, voire prendre du plaisir à s’y opposer, le sentir glisser, ferme, fort ou vaincu, tout contre elles. Et pour cela, il faut qu’elles l’accepte. Par exemple, beaucoup d’hommes s’imaginent que les femmes portent des dessous pour eux… Erreur, elles le font pour se sentir belles, pour être à l’aise aussi par moments. Bien sur le mâle en profite pleinement. Ca doit être la même chose pour le lutte entre femmes. Les lutteuses ou proto-lutteuses, se doivent, à mes yeux, d’avoir au minium un petit truc qui les titillent… Rien n’empêche après de les guider, de participer, mais à la base il faut cela. Ca peut venir en cours de route parfois aussi… Mais dans tout les cas forcer est une hérésie.

143_05ecc072_08

Alors pour finir ce texte, ces femmes, ces lutteuses, qui sont l’objet même de nos rêves sont à connaitre dans l’échange. Pas comme deux masses de chairs à plaisirs, qui n’auront comme d’autre grâce qu’un clic sur fermer la fenêtre, une fois que pour le moment, elles ne servent plus à rien, puisque la pulsion est passée. Le combat féminin dans les règles de l’art mérite qu’on s’y attarde, et les lutteuses tout autant. C’était le sens de ce premier billet d’humeur.

A bientôt 🙂

wrestly.

Ecrits autour de la lutte entre femmes, j’ai pris beaucoup de plaisir à les écrire :

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/ebook/product-21858476.html

http://www.lulu.com/shop/claude-dom/femmes-dans-la-tourmente/paperback/product-21867208.html

Ou

http://www.thebookedition.com/femmes-dans-la-tourmente-claude-dom-p-117653.html